imprimer l'article

CERAZETTE

Contraception et interruption de grossesse . Contraception hormonale : Progestatifs : Désogestrel /

Dr Catherine Solano, le 30/11/1999

 

Principe actif : Désogestrel 0,075 mg
 
Présentation : Comprimé pelliculé en plaquette de 28
 
Laboratoire : ORGANON
 
Prix de vente : Non communiqué
 
Remboursement : Non remboursé 
 
Indications : Contraception orale.
 
Classe thérapeutique : Désogestrel
 
Posologie usuelle et mode d'administration :
 
- Un comprimé par jour chaque jour sans interruption à la même heure, de sorte que l'intervalle entre la prise de 2 comprimés soit toujours de 24 heures.
 
- Le premier comprimé doit être pris le premier jour des règles. Le premier comprimé de la plaquette suivante doit être pris obligatoirement le lendemain du jour où la plaquette précédente a été terminée.
 
- Les femmes déjà traitées auparavant par un contraceptif progestatif faiblement dosé peuvent commencer le traitement n'importe quel jour, sans période d'interruption entre les comprimés.
 
- Dans les suites d'un accouchement, le traitement peut être débuté avant le retour des règles. Cependant, il faudra éliminer toute éventualité de grossesse avant d'initier le traitement. Une méthode contraceptive complémentaire doit être utilisée pendant la première semaine au-delà de 21 jours après l'accouchement.
 
- Après un avortement du premier trimestre de grossesse, il est recommandé de débuter le traitement immédiatement. Dans ce cas il n'est pas nécessaire d'utiliser de méthode contraceptive complémentaire.
 
- Cas d'oubli d'un comprimé :
 
La protection contraceptive peut être réduite si plus de 36 heures s'écoulent entre 2 comprimés. Si l'oubli est constaté dans les 12 heures qui suivent l'heure habituelle de prise, prendre immédiatement le comprimé oublié et prendre le prochain comprimé à l'heure habituelle.
 
. Si l'oubli est constaté plus de 12 heures après l'heure normale de la prise, la femme devra prendre le dernier comprimé oublié dès qu'elle constate l'oubli et prendre le prochain comprimé à l'heure habituelle, même si cela peut impliquer la prise de 2 comprimés en même temps. De plus, une méthode contraceptive additionnelle devra être utilisée pendant au moins 7 jours.
 
. Si cet oubli de plus de 12 heures a eu lieu pendant la toute première semaine d'utilisation et que des rapports sexuels ont eu lieu au cours des 7 jours précédant cet oubli, il existe un risque de grossesse.
 
. Si des vomissements se produisent dans les 3-4 heures qui suivent la prise d'un comprimé, appliquer le même conseil comme pour l'oubli d'un comprimé.
 
 
Contre-indications :
 
CONTRE-INDIQUE EN CAS DE :
- Hypersensibilité à l'un des composants.
- Accidents thrombo-emboliques veineux évolutifs.
- Présence ou antécédent de pathologie hépatique sévère, tant que les paramètres de la fonction hépatique ne sont pas normalisés.
- Tumeurs sensibles aux progestatifs ; cancer du sein et cancer de l'endomètre.
- Grossesse : ce médicament n'est pas indiqué en cas de grossesse évolutive. En cas d'échec de cette méthode de contraception avec poursuite de la grossesse, les résultats de nombreuses études épidémiologiques avec les progestatifs permettent d'écarter, à ce jour, un risque malformatif (urogénital ou autre) avec ce progestatif.
En raison de la présence de lactose, ce médicament est contre-indiqué en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en lactase.
 
DECONSEILLE SI :
- Ce mode de contraception est à éviter en cas de kyste fonctionnel de l'ovaire ou de dystrophie ovarienne et de mastopathie bénigne.
- Associations déconseillées : inducteurs enzymatiques [anticonvulsivants (phénobarbital, phénytoïne, primidone, carbamazépine) ; rifabutine ; rifampicine ; griséofulvine].
 
 
Interactions médicamenteuses :
 
ASSOCIATIONS  DECONSEILLEES :
 
Inducteurs enzymatiques : anticonvulsivants (phénobarbital, phénytoïne, primidone, carbamazépine) ; rifabutine ; rifampicine ; griséofulvine : diminution de l'efficacité contraceptive par augmentation du métabolisme hépatique pendant le traitement et un cycle après le traitement.
 
Utiliser de préférence une autre méthode contraceptive, en particulier de type mécanique.
 
 
Mise en garde et précautions d'emploi :
 
MISES EN GARDE :
 
- Ce mode de contraception est à éviter en cas de kyste fonctionnel de l'ovaire ou de dystrophie ovarienne et de mastopathie bénigne.
 
- La prise d'un progestatif à faibles doses à titre contraceptif pourrait être associée à une fréquence plus élevée de grossesses extra-utérines. Le diagnostic de grossesse extra-utérine doit être évoqué en cas d'aménorrhée et de douleurs abdominales.
 
- En raison de la présence de lactose, ce médicament est contre-indiqué en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en lactase.
 
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
 
- Il est nécessaire d'effectuer un bilan clinique initial et une surveillance périodique en cours de traitement avec, plus particulièrement, un examen des seins et de l'utérus.
 
- Bien qu'actuellement, il n'y ait pas de mise en évidence de risque thrombo-embolique lié aux progestatifs faiblement dosés, il convient de surveiller cliniquement les patientes.
 
- En cas d'aménorrhée prolongée (2 cycles ou plus), il faut éliminer toute possibilité de grossesse. Si le diagnostic de grossesse est établi, le traitement doit être suspendu.
 
- En cas d'antécédents d'ictère cholestatique de la grossesse ou de prurit gravidique, l'administration de Cérazette peut entraîner une récidive de l'ictère ou du prurit ; dans ce cas son administration doit être suspendue.
 
- Lorsqu'il existe un ictère chronique héréditaire (maladie de Dubin-Johnson ou de Rotor), l'ictère peut être accentué par le médicament.
 
 
Mots-clés : Aménorrhée, Antécédent d'ictère cholestatique de la grossesse, Antécédent de prurit gravidique, Ictère chronique héréditaire
 
Effets indésirables : - Hémorragies et irrégularités de cycle peuvent se produire en début de traitement, ainsi que saignements intermenstruels, aménorrhée et oedèmes cycliques.
 
- Les autres effets indésirables les plus fréquemment rapportés dans les essais cliniques ont été les suivants :
 
. maux de tête, prise de poids, nausées ;
 
. mastodynies ;
 
. acné ;
 
. modification de l'humeur, diminution de la libido.
 
- Effets indésirables moins fréquents (< 1/100) :
 
. vaginite, dysménorrhée et kystes ovariens ;
 
. vomissements ;
 
. alopécie, érythème, urticaire, érythème noueux ;
 
. fatigue, dépression.
 
 
 
 
 
Excipients à effets notoires :
Amidon de maïs
Povidone (E1201)
Alpha-tocophérol (E307)
Stéarique acide (E570)
Silice (E551) colloïdale anhydre
Lactose monohydraté
Pelliculage :
Hypromellose (E464)
Macrogol 400
Titane dioxyde (E171)
Talc (E553b) 

Envoie ton témoignage !